Une académie où se réunit l'élite du Japon et du monde entier. Sauf qu'il y a des humains...et des vampires. Dans quel camp allez-vous être?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 What 're ya lookin' ? [ PV : Ai ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eliot B. Faust

avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 25/12/2010

MessageSujet: What 're ya lookin' ? [ PV : Ai ]   Dim 15 Mai - 18:06

Ce qu'aimait Eliot, c'était bien la tranquillité des couloirs. Personnes n'osait, depuis un moment, à sortir. Ils avaient tous peur. Mais Eliot ne savait pas pourquoi. Et il s'en fichait. Eliot avait les couloirs pour lui seule. Amen. En même temps, il n'était pas d'humeur à croiser quelqu'un. Ou alors ce quelqu'un était masochiste -ou suicidaire, au choix. Ce n'est pas non plus comme s'il était d'une humeur à tout casser, mais presque. Ce n'était pas non plus comme s'il avait des envies de meurtres. Mais presque. Parce que voilà, les cours, il en avait marre. Et pas qu'un peu. Le nombre de fois où il a dû reprendre les vampires sur les humains et blahblahblah. Ennuyant. Fatiguant. Comme si aucun d'entre eux n'avait apprit les bonnes manières. Cette académie était sensé refléter la paix entre les deux races. Mais pour le moment, le Sang Pur n'avait rien vu de cela. A chaque fois qu'il allait en classe, il voyait au moins un vampire en train de draguer. En espérant surement que l'humaine finisse en repas le soir même. Heureusement pour Eliot, Kaname était là. Il avait donc moins de travail. Il avait donc moins de soucis. Les soucis, c'est aussi ce qui l'énervait en ce moment. Il ne voulait plus en avoir. S'il était venu ici, c'était sous les ordres de ses parents. Il n'en avait rien à faire. Et son frère ou sa sœur aussi. Vivement qu'il ou qu'elle grandisse. Il avait hâte de s'en aller. Et de retourner chez lui. Là où personne ne pourrait rien dire sur ses actes. Où personne n'oserait lever le poing sur lui. Ou simplement élever la voix. Ce serait comme une délivrance. Qu'il aurait un jour où l'autre. Il l'espérait bien. Il refusait de rester une ou deux années de plus ici. C'était vraiment trop. Trop. Chiant.

Et le Directeur, est-ce que ses parents l'avaient au moins rencontré une fois ? Non. Sinon il n'aurait jamais laissé leur fils aîné. Un irresponsable de première. Un homme qui faisait rire ses élèves. Où les mots "sérieux" et "respect" étaient à bannir. Non, pour lui, ancien hunter. Les vampires et les humains devaient habiter en paix, ensemble. Mais non, il ne pouvait pas le faire seul. Alors il avait besoin d'humains et de vampires qui soient de son côté. Comme ses enfants adoptifs et Kaname. Mais pas Eliot. Eliot il s'en fichait. Eliot lui ne bougerait pas si une guerre éclatait. Eliot lui, ne ferait que regarder. Et attendre la fin. La fin de tout, de ce monde si idyllique qui n'existerait pas. Jamais. Le directeur était trop ambitieux. Le directeur était un idiot. Oui. Seuls les idiots pouvaient penser que les humains et les vampires pourraient vivre en paix un jour. Parce que les humains étaient pour les vampires, de la nourriture. Et pour les humains, les vampires étaient des monstres. Si un jour, quelqu'un disait que les vampires existaient. On le prendrait pour un fou. Et pourtant. Pourtant. Ce serait vrai. Eliot croit en la supériorité des vampires. Que ce petit paradis ne serait qu'éphémère. Que tout ceci disparaitra un jour. Eliot était réaliste. Eliot était un Sang Pur. Et ce n'était pas le seul Sang Pur à penser cela. Il n'y avait qu'une seule personne de sa race à pouvoir espérer un peu. Et cette personne était Kaname. Descendant de la lignée royal, ce vampire n'était là que pour l'image. Peut-être que lui même ne croyait pas en ce rêve si fou qu'un vieux hunter avait en tête. Eliot n'avait pas lu dans ses pensées et ne l'espionnait pas. Il n'en avait rien à faire. Tout l'indifférait ici. Même les petites humaines qui cherchaient à l'avoir comme petit-ami. Non mais sérieusement. Qui voudrait d'une humaine banale comme compagne ? Si seulement elles savaient. Elles ne crieraient plus de la sorte. A en faire sauter les tympans. Non, elles prendraient peur et s'enfuiraient. Pas compliqué. Pas besoin d'être un surdoué pour savoir ça. Incroyable.

Et dans ces couloirs, Eliot flânait. En pensant à ce genre de choses. Complètement inultes, mais il n'avait que ça à faire. Aucun Day Class ne l'avait défier. Donc c'était une nuit ennuyeuse, comme n'importe quel autre nuit depuis son arrivé ici. Rare sont les humains maintenant à vouloir défier le brun. Après les quelques humains passé à l'hôpital -et les nuits passées dans le bureau du directeur pour lui, les humains avaient comprit que vouloir se battre contre lui était un signe d'antichambre de l'enfer. Mais, tellement plongé dans ses pensées, il ne vit pas la personne qui arrivait en titubant en face de lui. Et quand il la bouscula, il n'avait qu'un vieux réflexe qui datait de sa naissance qui resurgissait.
    « Fais attention où tu poses tes pieds, déchet ! »
Parce que oui. Ce n'était jamais de la faute à Eliot. Toujours elle des autres. Et oui. Tout le monde étai un déchet. Eliot était le seul joyaux dans cet académie. Seul personne à pouvoir regarder le reste du monde de haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ai ENMA
Night Class
Night Class
avatar

Messages : 610
Date d'inscription : 04/05/2010
Age : 21
Localisation : Ben à ton avis?!! Et puis d'ailleurs, j'veux qu'on foute la paix! *repart sous la couette*

MessageSujet: Re: What 're ya lookin' ? [ PV : Ai ]   Dim 10 Juil - 22:40

Les étoiles déchues finissent leur course dans l'abîme.
Et l'astre pâle se noie dans l'écume.



Le son du silence. Requiem de la nuit. Gloire à Dieu au plus au des cieux. Dieu? Mais Dieu n'existait pas. Les vampires avaient l'éternité pour le savoir. Ai y compris. Ai dont la sueur perlait au front. Un feu dans la gorge. Une sensation qui la ramenait à son horrible vérité. Être un monstre.

La jeune fille s'dossa au mur un instant. Elle aurait donné n'importe quoi pour ne pas se trouver dans cet état. Au bord de la rupture. "Il y a peu qui sépare un level A d'une level E". C'était tout aussi vrai pour le level B. Elle ne savait plus qui avait dit cette phrase mais c'était juste. Enfin. Pour en revenir à la situation présente, même poursuivre le cours d'éthique lui paraissait préférable. Même s'il aurait fallu qu'elle écoute ces naïvetés sur la pacificité et la cohabitation vampire-humain. Un tissu d'illusions sordides. Rien que d'y penser, la petite japonaise en avait mal au crâne. Le jour où ça arriverait, les poules auront des dents et les cochons voleront. En attendant, les vampires resteraient d'éternels prédateurs et les humains, de misérables proies.

"Oui... Des prédateurs... Différents à jamais de ces frêles figures de chair..."

Ai Enma ferma les yeux à cette pensée. Même en ayant vécu et grandi au sein d'une famille mortelle mais aimante, impossible d'échapper à soi-même. Elle en savait quelque chose. Mélancolie lancinante.

Depuis son arrivée à l’académie Cross, la petite aristocrate ne s’était mêlée ni à ses congénères, ni aux autres.
Les uns, elle les détestait. Ou plutôt : Ils lui répugnaient. Suceurs de sang. Monstres. Elle les mettait tous dans le même sac. Quelques mots lui venaient pour définir sa… race : hautains, fiers, sanguinaires, insensibles, manipulateurs, capricieux. Oui, elle était injuste. Parmi tous ces cannibales, il y en avait sûrement qui aimaient les pauvres créatures. Il y en avait probablement qui étaient plus faibles, bien plus faibles que leurs repas. Et puis… ceux qui se mariaient avec ces êtres qui auraient normalement dû finir dans leur assiette. Oui, elle était injuste. Certains de ces vampires faisaient encore plus humains que les humains. Comme le bras droit du Président. Ichijou, qu’il s’appelait. Ou cette level D blonde, excentrique et surexcitée. Rine Akatsu. Une mordue qui se fichait de ce qu’elle était devenue, pourvu qu’elle puisse embêter les autres et retrouver son frère. Oui, décidément, Ai était injuste. Cette partie, ce côté de la nuit, elle ne voulait pas le voir. Elle ne voulait pas y croire. Parce que c’était injuste. Pourquoi n’avait-elle pas été comme ça ? Pourquoi n’avait-elle pas eu le droit de continuer à vivre avec ceux qu’elle aimait ?
Dieu n’existait pas. Alléluia.

« La graine ne choisit pas là où elle doit s’échouer.
Le mot « destin » n’est qu’un prétexte fallacieux. »


Ai était en colère. Contre elle, et contre celui qui lui avait écrit un tel chemin.

« Fane, fane la fleur… Eternue à ton propre pollen,
Assèche-toi avec ta propre sève. »

Les autres, elle n’osait pas les approcher. En fait, elle avait peur. Peur de ne pas pouvoir se rappeler qu’ils étaient différents. Peur de les briser trop rapidement. Peur de céder. Elle en avait déjà fait une amère expérience. Les hommes naissaient poussières et mouraient poussières. Trop volubiles, ils ne se rendaient pas compte de l’épée de Damoclès qui tournoyait au-dessus de leur tête. Il leu arrivait parfois de se montrer odieux et cruels, mais il fallait être indulgent. Ils étaient nés proies, démunis contre leurs prédateurs. Et n’avaient rien pour se protéger. Même pas leurs armes de ferrailles. Du gibier qui doit être traqué. Et en plus de ça, ils ne savaient en aucun cas quoi que ce soit de cette sombre mascarade. Parce que, depuis leur naissance, on leur avait inculqué l’idée que tout n’était que fable. On leur avait retiré tout ce qu’il fallait pour les rendre encore plus vulnérables. Simples mortels.

La paix était impossible. Ce monde s’avérait être bien trop pervers. Le directeur se rendait-il seulement compte que son projet n’était qu’une comédie grotesque qui cachait bien mal la tragédie qui se tramait ? Certainement que non. Il vivait depuis bien longtemps, plus longtemps qu’elle ; et si autrefois il fut un redoutable hunter, ces cauchemars emplis de réalité avaient sûrement dû lui faire perdre la tête, jusqu’à se laisser embrumer complètement l’esprit.

« Il est impossible de trouver le bonheur dans cet univers… Il serait temps que quelqu’un en prenne conscience. »

Sentant son souffle se calmer, Ai s’autorisa à rouvrir les paupières. La lumière –pourtant faiblarde- du couloir la firent d’abord cligner des yeux. La brûlure de son gosier était toujours présente. Mais il fallait avancer encore, jusqu’à l’infirmerie. En fait, elle n’avait pas spécialement envie de se retrouver au milieu des volutes de camphre. Juste d’être seule. Quoiqu’il en soit, elle allait devoir faire un petit effort. Tant pis. Et elle mordit violemment son poignet. Elle sentit la douleur lors de la pénétration des crocs dans sa chair, ainsi que le liquide rouge au goût de rouille s’écouler de la plaie. Elle lécha ce qui perlait.
La level B était arrivée à tituber sur encore quelques mètres, une sale migraine et la saveur métallique emplissant sa bouche ; quand elle fut projetée en arrière, la faisant flageoler de plus belle. Un peu sonnée, son regard papillota pour s’éclaircir et elle réussit à le fixer sur la personne qui l’avait bousculée.

-« Fais attention où tu poses tes pieds, déchet ! »

A ces mots, la vampire cilla légèrement. C’était un jeune homme brun, à l’odeur des Night Class, assez grand, l’air méprisant. Son aura avait quelque chose d’intimidant…

« Sang-Pur. »

Il n’y en avait que deux, de la gente masculine à l’Académie. L’un était Kaname Kuran, le maître des buveurs de sang. Donc celui qui se dressait devant elle était Eliot B. Faust.
Etrangement, elle ne parvenait pas à détourner les yeux, fascinée. D’une certaine part, elle s’en moquait éperdument –comme de tous les contacts qu’elle avait pu avoir ici. Sauf 3 : Hanabusa, Otomiya et la bonne qui l’avait sauvée.
D’un autre côté… Il émanait de lui un tel naturel qu’elle en était déconcertée. Il rassemblait tous ses critères qu’elle attribuait à l’espèce. Il semblait être un « je-m’en-foutiste » en exemple. Atypique. Il ne faisait pas semblant, n’avait pas l’air de vouloir se donner une façade.

Et bizarrement, pour la première fois depuis un nombre incalculable d‘années, Ai Enma perçut un sourire s’esquisser sur ses lèvres.



[Désolée pour le big retard ><]

_________________
Te voilà tombé en Enfer...Invité


L'espoir...n'existe pas...



I love my Kami-sama!!!!!!!<3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
What 're ya lookin' ? [ PV : Ai ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight Guilty :: Academie Cross - Pavillon Commun :: Couloirs-
Sauter vers: